Roadtrip dans les Pyrénées

Nous vous racontons nos 4 semaines en van dans le Sud Ouest et plus précisement les Pyrénées
Du 14 juin au 12 juillet 2020
29 jours
Dernière étape postée il y a 3 jours
1
1
Publié le 23 juin 2020

Reprise du blog suite à notre pause confinement d’après demi tour du monde. Nous allons vous partager notre aventure dans le Sud Ouest en fourgon aménagé pendant 4 semaines. Nous avons décidé d’aller découvrir les Pyrénées car une envie de grands espaces et un peu d’océan à assouvir. Et le van était une évidence, nous avons tellement adoré la vie en camping car en Australie, nous avions trop hâte de tester le van en Nouvelle Zélande: c’est notre petite vengeance! Pour la location nous avons trouvé notre bonheur sur Wikicampers, une plateforme de mise en relation entre particulier. Mais avant de récupérer notre véhicule nous devions faire la révision et contrôle technique du Rav4 de ma maman. Et oui nous n'avons que notre polo et vu qu’après nous ferons du camping, il y aura comme un petit problème de coffre. Bref tout était ok mais c’était sans compter sur des pneus qui n’ont pas été livrés... Donc nous avons pris la route direction le Sud Ouest avec 4 jours de retard. Ouf le proprio du van était ok pour décaler la location. Nous avons profité de faire un petit stop chez nos cousins qui étaient confinés dans la Brenne et c’était bien sympa de tous se retrouver : petits et grands !

J1- Nous avions rdv à Puyoo dans l’arrière pays basque, pour découvrir et prendre en main notre nouveau compagnon : HappyVan, Vanish ou Licorne en fonction des goûts et des humeurs. Autant vous dire que nous avons juste repéré quelques points mais aucun itinéraire, nous avons décidé de partir en direction de Larrau une fois au volant avec un sourire figé sur tous nos visages : "on the road again !!"

Sur la route, nous avons fait une petite pause par hasard à Sauveterre-de-Béarn. Nous avons découvert une belle cité médiévale du 11eme siècle qui surplombe la Gave. Nous y avons pique niqué et fait une belle balade avec un Gabin fou qui voulait absolument pêcher (comme tous les jours depuis le 11 mai).

Sauveterre-de-Béarn 

Avant de partir j’avais téléchargé l’appli park4night pour trouver nos spots pour dormir sans aller dans un camping... Sur la route, j’ai repéré un lieu sur les hauteurs de Larrau. Parfait il y a la fonction GPS avec l’appli et j’ai choisi waze... Mauvaise idée encore une fois appli à bannir en campagne! Nous nous sommes retrouvés sur une mini route qui nous a menée dans une ferme en haut de la montagne, accueilli par un propriétaire très étonné! Oups mauvaise route, bon demi tour et 30mn plus tard, nous sommes arrivés sur le plateau d’Erroimendy à 1350m d’altitude. Il faisait gris, il y avait de la brume mais que c’était beau avec ses moutons, ses chevaux sauvages juste là... Nous étions 3 véhicules mais il y avait largement la place. Vers 22h30, nous avons rouverts les volets car nous entendions beaucoup de bruits et là nous étions encerclés par les moutons ! Évidemment les enfants surexcités se sont relevés...

Plateau d'Erroimendy 

Au petit matin, les moutons avaient été remplacés par les vaches. Il y avait une meilleure visibilité mais les enfants pouvaient toucher les nuages😂 ! C’est un lieu magique au milieu de la nature que nous vous conseillons vivement. A noter que j’ai eu hyper froid la nuit mais pas le reste de la tribu je suis vraiment un C** gelé.

Plateau d'Erroimendy 

Petit stop à Larrau pour faire des courses mais tout était fermé. Nous avons remis les courses à plus tard, direction la passerelle d’Holzarte pour une petite rando de 4km. Le point d’intérêt est la passerelle qui est suspendue à 140m de hauteur (abstenez vous si vous avez le vertige) donc forcément pour y arriver ça grimpe et ça glisse. Avec mon lumbago j’aurais pas pu faire plus...

Passerelle d'Holzarte 

Ce soir là, nous avons dormi après le bourg de Ste Engrace dans les gorges d’Enzarthe. Nous y avons rencontré Clément qui tourne depuis un mois avec son vieux camping-car de 1990 acheté 1500€, il a pris 2 mois de vacances et 2 de sans solde pour s’accorder un break. Nous adorons ce genre de rencontre où nous partageons une petite bière, des bons plans et des moments de vies. Et, j’ai sorti ma tenue Damart et bien j’ai dormi comme un bébé.

Spot après Sainte Engrace 

J3- Direction les Gorges de Kakuetta, une jolie rando qui démarre par un petit lac très joli, puis nous longeons la Soule et ses gorges, il y a une humidité impressionnante, de magnifiques murs de végétaux qui se dressaient devant nous, des cascades, des grottes... Bref vraiment sympa.

Gorge de Kakuetta 

Une famille nomade nous avait conseillé d’adhérer pour 30€ l’année au réseau France Passion, des agriculteurs, viticulteurs... mettent à disposition une partie de leur terrain pour accueillir des camping caristes! Nous avons testé notre 1er arrêt à la ferme de Menendia pas très loin de Saint-Jean-de-Pied-de-Port (sans "c" mais bien avec un "t") que nous visiterons le lendemain. Nous avons échangé une bonne heure avec le propriétaire, nous lui avons acheté du fromage de brebis : Ossau-Iraty qui était excellent, et qu’est ce que nous aimons rencontrer des personnes aussi passionnées par leur métier. Nous avons posé HappyVan à côté d’un cours d’eau et une jolie vue sur les montagnes.

J4: Visite de Saint-Jean-Pied-de-Port avec une promenade autour de la citadelle qui était un haut lieu stratégique militaire et qui est maintenant un collège. Nous vous conseillons un stop au magasin les récoltes du monde si vous aimez les épices et acheter en vrac, les produits sont très bons. Nous avions besoin de vider nos eaux grises et noires, contrairement à l’Australie où nous trouvions de quoi vidanger sans problème et gratuitement, là il faut payer (5€) et c’est beaucoup moins pratique.

Saint-Jean-de-Pied-de-Port 

Petite pause repas à Osses charmant village au bord de la rivière pour assouvir le besoin de pêche de Gabin.

Puis nous avons pris la direction de la ferme Aggria sur France passion où nous avons fait une super visite. Le couple fait l’élevage des cochons basques les Kintoa et le jambon vaut vraiment le détour. Il y a encore 20 ans la race a failli disparaître, il y en avait plus qu’une vingtaine. Ils ont aussi 300 brebis qui sortent tous les jours et permettent de faire l’Ozau Iraty. Nous avons retenu une anecdote: la 1/2h du berger, il y au moins un moment dans une journée au pays basque où il y aura une éclaircie qui permettra au berger de sortir son troupeau. Sur la photo vous pouvez voir les brebis des Manesh aux têtes rousses mais pourquoi il y en a une noire ? Question de Gabin au fermier, il y en a environ 1 noire pour 15 blanches, cela leur permet de compter leur troupeau rapidement: s’il manque une noire c’est qu’il manque certainement une partie du troupeau. Puis petit apéro dans la prairie avec un beau ciel bleu.

La ferme Aggria 

J5- Avant de partir nous avons profité de remplir le van d’eau et de vidanger HappyVan car la ferme propose ces services gratuitement, et ça c’est un vrai bon plan.

Puis nous avons filé à Hélete pour faire la randonnée de Baïgura que nous a conseillé une famille tourdumondiste vivant au Pays Basque. Les sacs prêts : pique nique, eau, imper, jumelles… Nous avons emprunté le sentier découverte que nous vous conseillons avec les enfants. Il y a des petits panneaux qui expliquent la faune et la flore, et qui donnent une petite motivation supplémentaire aux loulous. Nous avons vu des centaines de Pottok, petit cheval de 1m30 au garrot vivant toute l’année dehors et sur 5 monts du Pays Basque. Il y avait plein de poulains, ça donnait un côté vraiment magique à cette rando et c’est sans compter le nombre de rapaces - vautours - aigles que nous avons pu observer. La vue est également incroyable, un paysage très verdoyant apparement c’est un des coins de France où il pleut le plus. Et oui il n’y a pas que chez nous que la pluie s’invite. Et nous avons pu constater depuis notre arrivée que nous pouvions avoir les 4 saisons en une journée. A 6h du mat’, pluie diluvienne, puis nuage et léger ensoleillement, puis brouillard-vent, et enfin super ciel bleu et chaud : dingue donc quand vous partez en randonnée équipez-vous! Une nouvelle fois nous sommes fiers des loulous, la randonnée fait 9km et 600m de dénivelé, ils étaient lessivés et j’avoue nous aussi (mon lumbago et Tom a porté 2-3 fois Tess).

Petite récompense à la clef : une glace à Espelette pour redonner de l’énergie. Nous connaissions déjà la ville avec Thomas mais nous avions envie d’y repasser avec les enfants.

Les piments sur la facade 

Et nous avons fini la journée avec la famille DeJatxouaupérou qui a fait un tour du monde l’année dernière et qui nous a invité à manger et en prime dormir dans leur cour. Les loulous étaient un peu déçus car leurs enfants n’étaient pas là mais au final ils ont eu le droit de regarder un petit Disney. Et nous nous avons bavardé avec plaisir autour d’une bière, de spécialités basques et un super repas typique: un vrai régal pour les papilles, Cécile est une super cuisinière! Bref vous l’aurez compris nous avons passé une super soirée et c’est dingue comment ce voyage nous aura permis de faire de belle rencontre.

J6- Les enfants se sont réveillés bien fatigués de leur marche d’hier et en plus nous les avons couché un peu tard. Ça sera une journée light, nous n’avons pas fait la randonnée de Notre dame de l’Aubépine que nous avions prévu de faire mais nous sommes quand même aller voir ce joli village de Ainhoa. Avec ces jolies façade, le fronton avec son terrain de pelote basque et l'église derrière...

Ainhoa 

Après hésitation, nous nous sommes posés pour le reste de la journée à Ascain au bord de la rivière, le spot n’était pas dingue mais au calme. Petite après-midi école, pêche, repos…

J7-Visite de Saint-Jean-de-Luz, mais avant grande question: est ce qu’un fourgon est considéré comme un camping car? Nous avons trouvé un petit parking mais avec le panneau interdit camping-car 🤔 N’ayant pas de réponse claire et pas envie de chercher, nous nous sommes garés! Petite promenade le long de la digue Sainte Barbe, petit tour à la plage pour la chasse aux crabes 🦀.

Saint-Jean-de-Luz 

Nous avons retrouvé notre van sans sabot nickel. Et là direction l’aire de service pour vidanger mais elle était fermée, bon on verra ça plus tard. Petit changement de direction et on se retrouve bloqué! Nous ne pouvions pas passer sous le pont 2m20 (nous faisons 2m60). Il y avait déjà 2 voitures derrières nous, 2 qui arrivaient en face dans un rétrécissement, tout allait bien... Il fallait juste gérer le lyonnais aux cheveux blancs pas content...10mn plus tard après X manœuvres nous étions reparti! Petit tour à Ciboure pour aller voir le fort Socoa mais il était fermé.

Ciboure, avec des façades bleu turquoise ça change du bordeaux

Nous avons repris le van direction Bidart pour l’aire de service, ouf cette fois-ci c’était ouvert! Et oui en France vu qu’il n’y a pas de toilette publique nickel partout comme en Australie nous devons passer à la vidange au bout de 2/3jours.

Nous nous sommes posés sur la plage qui était assez grande et honnêtement pas bondée mais ça nous a vraiment fait bizarre par rapport à l’Australie où nous étions quasi seuls à chaque fois. L’eau était très belle, la vue aussi avec les falaises.

Petits plaisirs de la plage : château de sable, saut en longueur...

Nous avons trouvé un super spot grâce à park4night à 15mn de l’océan à Ahetze ! Un petit coin paradis pour chiller, les enfants avaient de la place pour courir tranquilou.

J8- Pour la fête des Papas, nous avons fait la randonnée pour montée au Sommet de la Rhune par Ascain. Et oui il y a l’option petit train mais nous avons choisi la boucle de 9km et 700 m de dénivelé sur le papier car ça c’était en prenant la bonne boucle au retour. Mais avant de vous raconter cette petite anecdote il y a déjà eu la montée qui était très sympa avec les enfants : bergerie, petit ruisseau, des Pottok.... une dernière côte bien ardue avec Gabin notre petit cabri, perso j’étais bien essoufflée et Tess aussi!

Le petit point tout en haut notre objectif  

Le point de vue est superbe avec l’Ocean d’un côté, nous distinguons bien Hendaye, Saint Jean de Luz, Biarritz et le début des plages des Landes et de l’autre côté la chaîne des Pyrénées basques et Espagnoles.

Vue du sommet 
Vue montagne et un petit tour sur soi vue sur Océan 

Nous avons pique niqué avec les Pottok et j’avoue nous avons rigolé quand un couple d’espagnol c’est fait littéralement botté les fesses par un Pottok qui apprécie moyen les selfies 😂 je sais c’est pas beau de se moquer! Petits cadeaux de la fête des papas avec le joli poème de Tess elle m’épate je lui ai lu 3 fois et même pas une erreur. Il y a des choses qui rentrent mieux que d’autres 🤔

Voilà nous décidons de redescendre et faire la boucle comme prévu donc prendre le chemin à gauche et non à droite. Le chemin était super beau, nous sommes trop contents d’avoir choisi de faire la boucle.

Au bout de 3/4h Thomas a checké notre chemin via l’appli IGN et nous n’étions pas du tout sur la bonne boucle. Mais là remonter ne nous a pas du tout emballé. Tom a vu que plus bas il y avait un chemin sur la droite pour rejoindre notre point de départ, il restait 3km. Nous voilà dans le chemin ou plutôt au milieu des fougères et des ronces mais nous avons persisté jusqu’à ne plus pouvoir avancer donc demi tour, à noter que nos jambes s’en souviennent.

Vive les ronces 

Nous prenons l’option de descendre au village pour retrouver des randonneurs qui nous ont proposé de nous reconduire à Ascain car ils étaient sceptiques de notre chemin. Mais quand nous sommes arrivés sur la route nous n'étions pas dans ce village. Bon, petit coup d'oeil au GPS, il y avait encore 4 KM de route sachant que la dernière partie c’était que de la côte pour retrouver notre van. Nous avons tenté le stop car la route était vraiment dangereuse mais personne ne s’est arrêté. Un camping avec un bar nous a tendu les bras aux enfants et moi, et oui les loulous se sont déjà bien donné 12km, 750m de dénivelé! Nous avons abandonné le Super Papa qui a été récupérer le van. D’ailleurs il a été super rapide;-) Nous avons ensuite repris la route de nôtre petit coin de paradis de la veille. Et cela reconfirme que ce spot est vraiment TOP !

Notre petit coin de paradis ❤️
2

J9- Une belle journée sur Biarritz, nous aimons toujours autant cette ville! Nous nous y sentons vraiment bien, à regarder les surfeurs (ça démange les garçons), se balader sur le plateau de l’Atalaye, faire un petite crochet au Rocher de la Vierge et attendre la plus grosse vague qui s’éclatera sur les rochers jusqu’a sentir l’embrun sur la peau, pique-niquer sur la plage, déambuler dans la ville avec ses jolies boutiques...et au détour d’une rue croiser une ex-collègue que je n’avais pas vu depuis 8ans!

Biarritz  et nous avons bien aimé le longboard dans l'église Sainte Eugénie

Nous avons décidé de prendre la route des Landes et le hasard a fait que nous nous sommes arrêtés au Vieux Boucau au dessus de Seignosse. Hésitation est-ce qu'on fait un spot sauvage? Cela impliqué de bouger avec le van pour aller à la plage, nous nous sommes décidés d’aller au camping municipal à 150m de la plage :15€ la nuit et cela permettra de faire les lessives !

J10- Nous nous sommes laissés vivre, réveil tranquilou, plage, déjeuner à l’ombre des pins, un peu d’école, des jeux, plage, pique-nique au bord de l’océan pour le dîner, coucher soleil...bref nous savourons !

Plage du Vieux Boucau 

J11- Je pourrais écrire le même blabla qu’hier en ajoutant que les hommes de la maison se sont initiés aux sports de glisse. Tom a pris un cours de 🏄‍♂️, il a adoré et cela lui a permis de comprendre plein de choses. Et Gabin après avoir hésité, il a opté pour le bodyboard toute la journée et en plus une combi donc jamais froid mais autant vous dire qu’il s’est endormi en 1mn chrono.

Ca farte chez les Colette 😂

J12- Au revoir Vieux Boucau, nous reviendrons peut-être, nous avons trouvé le village adapté aux familles soit Ocean avec les vagues soit le lac marin, un petit centre, un marché... Cela nous a paru plus calme qu’Hossegor ou Seignosse mais nous sommes encore hors saison.

Petit stop à Bayonne que nous avions visité lors des férias avec les copains. Nous avons bien retrouvé les ponts, les petites ruelles, la cathédrale, Les Halles, le jambon... Envie de se poser pour manger en terrasse mais aucune place. Nous voulions visiter l’atelier du chocolat mais avec le Covid il était fermé. Donc petit tour rapide et nous sommes partis directement vers le Val d'Azun qui sera la prochaine étape du blog un vrai coup de coeur!

Bayonne 
3
3
Publié le 29 juin 2020

J12- Du coup, direction le Val d’Azun dans les Hautes Pyrénées après notre petite escapade dans les Landes au bord de l’océan, nous sommes contents de retrouver les montagnes. Nous avons dormi au Lac du Tech, sur un parking à camping car, d’habitude nous préférons éviter mais là nous nous y sentions bien, face au lac et les montagnes. Nous sommes arrivés avec la grêle, le vrai gros orage des montagnes. Nous en avons profité pour faire l’école et quand il y a eu une petite éclaircie nous sommes sortis et avons discuté avec un vieux monsieur charmant, camping cariste et pêcheur. Un bon moment d’échange avec pleins d’anecdotes dont une où il a croisé un ours qu’il n’a pas vu mais il est persuadé qu’il était là, j’ai adoré l’écouter avec tout le suspense qu’il a mis à me raconter son histoire, il m’a tenu en haleine 😉

Le soir nous avons eu le droit à un défilé de vache depuis la fenêtre arrière du van avec cette vue magnifique. Toute la soirée nous avons entendu le tonnerre gronder, les orages claquer et la pluie résonner sur le van... Autant Tom adore ça autant moi je ne faisais vraiment pas la maligne et les enfants oscillaient entre rigolade et appréhension.

Vue de notre fenêtre dans le van  

J13- Réveil au bord du lac, Gabin a été avec son copain pêcheur qui lui a dit où aller chercher des vers et des larves. Puis petit dej, c’est magnifique avec les vaches, les chevaux, le soleil sur le lac.

Notre spot au lac du Tech 

Nous sommes montés avec le van jusqu’au plan d’Aste, Gabin a pris sa canne. Après à peine 1/2h de marche nous sommes arrivés au lac de Suyen à 1530m, les couleurs étaient superbes des verts, des bleues, du turquoise.

Lac Suyen 

Puis 15mn après nous sommes arrivés à la cascade de Doumblas petite pause pêche, jeu, pique nique!

Cascade de Doumblas 

Visite d'une cabane de berger où nous sentions encore l’odeur du feu dans la cheminée, une armoire et 3 couchages superposés. Gabin ne se voyaient pas du tout dormir ici😂 .

Mini Bergerie 

Suite de la balade jusqu’à Le Lambase à 1730m, un petit sentier biscornu avant de rejoindre le chemin. Entre deux nous avons pu observer les marmottes et voir un autre lac.

Et là pause au bord de l’eau pour les loulous en mode pêche aux têtards. Avec Thomas nous cherchions les chamois aux jumelles et là un Monsieur qui redescendaient nous en a montré au loin : trop trop bien Dans les Pyrénées ils les appellent les izards. Les enfants n’ont pas voulu aller les voir de plus près donc nous nous sommes relayés pour aller les voir. Impossible de les faire bouger j’ai halluciné qu’ils préfèrent les têtards aux Izards! En tout cas, quel beau moment. Puis les vaches sont également venues avec ce tintement de cloche.

Les Izards 

Et au moment de redescendre les enfants ont eu trop de chance, il y avait des izards de tous les côtés ainsi que les marmottes.

Sur le retour, nous avons pris la pluie 10mn heureusement nous avions nos imperméables.

Arrivée au lac de Suyen, nous avons échangé avec un pêcheur qui avait déjà 2 truites. C’est un passionné de voyage donc nous avons parlé un long moment puis il nous a offert ses truites! Et au moment de partir il en a pêché une nouvelle truite qu’il nous a également offerte! Gabin n’a pas trop aimé le moment où il a tué la truite du coup même dans l’assiette il ne s’est pas régalé. Par contre, nous un vrai régal pour clôturer cette super journée.

Notre copain pêcheur 

J14- Thomas et Gabin se sont levés à 6h du mat pour pêcher la truite au lac du Tech mais ils n’ont pas été récompensés, retour bredouille.

Au revoir Lac du Tech 

Nous nous sommes arrêtés au village d’Arrens Marsou, petit stop à l’atelier des confituriers, il y a tellement de confiture que c’est difficile de choisir! J’avais repéré la miellerie de Gabizos et j’espérais pouvoir la visiter mais en échangeant avec les apiculteurs sur Instagram ils avaient trop de boulot donc nous avons acheté leur miel dans un magasin qui vends des produits locaux La BellePyréneene.

Village d'Arrens Marsous 

A noter que ce village offre la possibilité de vidanger et remplir d’eau gratuitement donc raison de plus de s’y arrêter.

Et N'hésitez pas à aller sur le site des Chalets d'Arrens une mine d'information sur les randonnées et le Val d'Azun

4

J14- Nous sommes arrivés vers 13h au parking du Col des Tentes à environ 10km après Gavarnie. Pour atteindre le sommet, il fallait d’abord zigzaguer au milieu des brebis qui dormaient profondément sur l’asphalte.

Route pour rejoindre le parking du Col des Tentes 

Pique-nique prêt, nous avons grimpé 20mn pour atteindre le col des Tentes à 2208m d’altitude et sa fameuse table d’orientation avec une vue à 360 degrés sur plusieurs cols de plus de 3000m : Tallion, la Brêche de Roland, la Gabiétou...

Pique nique sous la table pour se protéger du vent 

Puis nous avons longé les crêtes jusqu’au col de Pahule.

Sentier pour rejoindre le col de Pahule 

Nous avions une magnifique vue panoramique sur le cirque de Gavarnie et sa cascade. Petit cours de géographie sur la signification d’un cirque avec la mise en situation. Nous avions envie de l’observer du haut avant de nous attaquer au bas le lendemain et quel spectacle de voir tous les sommets enneigés.

Jump devant le cirque de Gavarnie 

De retour au parking, nous sommes allés au lac des Especières à 10mn mais j’ai vu de la neige et nous avons grimpé un peu plus haut. Glissades party pour les loulous j’aurai bien joué avec eux mais mon dos et surtout mon super kiné m’ont dit non non mais j’ai bien rigolé. Petit stop au lac inévitable pour les loulous après tous leurs efforts ils l’ont bien mérité.

Autour du Lac des Especières 

En redescendant, nous nous sommes arrêtés au pied d’un télésiège entouré de brebis et de vaches pour dormir à 2000m d’altitude.

Spot du soir sous un télésiège 

J15- La veille la météo annonçait beau temps le matin donc réveil matinal pour aller voir le cirque de Gavarnie vu d’en bas cette fois-ci. J’avais lu sur un blog que si nous arrivions avant 8h pas besoin de payer le parking. Mais ce sont des horodateurs, à noter 8€ pour les Cc et 5€ les voitures, mais avant de payer un jeune couple de vanlifer nous a donné son ticket encore valable jusqu’à 14h, nickel.

Pour le plan avant 8h, au final il ne faut pas se garer sur les parkings à l’entrée mais rentrer dans le village où l’accès y est interdit après et vous trouverez un parking gratuit en prenant la direction du cirque de Gavarnie.

Nous avons emprunté le chemin des muletiers, Tess aurait adoré qu’un âne nous accompagne mais 35€ pour les 3h sans pouvoir aller au pied de la cascade, nous avons passé notre tour mais c’est une possibilité si vos loulous ne sont pas des fans de la marche.

Le sentier est large, nous avons longé la Gave qui est plutôt tumultueuse, traversé des petits ruisseaux, la forêt où si vous êtes chanceux vous pourrez voir un grand tétras (nous ne l’avons pas vu), le chemin est vraiment tranquille avec ce spectacle de montagne qui se dresse devant nous. Bon la météo n’était pas au rdv, les nuages sont restés accrochés aux sommets qui culminent les 3000m.

Depuis le chemin : oui oui la météo n'est pas au rdv 

Avant l’hôtel, ça grimpe puis là nous y sommes dans le chœur de cette cathédrale classée au patrimoine de l’humanité depuis 1997, vraiment impressionnant!

Vue après le passage de l'hôtel 

Il faut encore grimper, traverser des ruisseaux pour arriver au pied d’une des cascades les plus haute d’Europe soit 423m. Ce décor aurait pu représenter le mur dans Games of Throne.

Devant le mur, la cascade et la neige 
Vue dos au mur pas mal aussi  et un peu de ciel bleu

Nous avons repris le chemin du retour en bifurquant à gauche afin de faire une boucle (et oui j'ai un problème je n'aime pas repasser par le même chemin). Nous avons passé un pont puis nous nous sommes retrouvés sous le plateau de Bellevue dans un endroit bucolique avec un parterre de petites fleurs jaunes, des ruisseaux trop mignons (un petit air de la petite maison dans la prairie), toujours la vue sur le cirque de Gavarnie et un ciel qui se dégageait même si les sommets sont restés dans les nuages. Dommage nous n’avions pas pris le pique nique. Et houra nous ne nous sommes pas perdus mais à noter qu’il y a aucune indication, rien à voir avec les Alpes.

Petit coin de paradis 


De retour au village, petit resto un vrai régal : ventrèche, frite fraiche, fromage de brebis, agneau excellent et accueil au top !

Une régalade 

Au Mourgat chez Steph et Cédric, un vrai régal et ils sont très sympas, ça ne paye pas de mine mais c’est frais et extra.

5

J15- Nous avons décidé de nous rapprocher du col du Tourmalet pour que Thomas puisse louer un vélo et grimper ce col mythique du tour de France. Nous pensions trouver des loueurs en haut ou à mi-parcours mais non. Nous avons juste trouvé un bar, un magasin de souvenir et la mer du nuage.

Col du Tourmalet 

Le spot du soir était charmant à côté d’une bergerie mais nous étions dans les nuages, dans la soirée un joli spectacle : soleil couchant, mer de nuage depuis notre fenêtre.

Pas mal la vue 

J16- Déception au réveil nous étions toujours dans les nuages, nous espérions un petit dej avec une vue époustouflante. C’est comme ça la haute montagne, quand les nuages ont envie de rester entre les sommets il n’y a pas le choix, mais nous espérions que ça se lève. J’ai pris en main HappyVan certes beaucoup plus petit que les camping car en Australie mais comment dire ici les routes ne sont pas vraiment adaptées au road train donc j’ai un peu serré les fesses! Et les manœuvres sans rétro central 😓 mais bon ça va j’ai pas fini dans le ravin.

Tom a loué son vélo à Luz Saint Sauveur chez Tourmalet bike, sincèrement testez celui d’en face car pas vraiment sympa... Et le voilà parti pour l’ascension du col du Tourmalet en mode touriste (short, sac à dos car pas de gourde...) et dans le brouillard. Avec les enfants on s’est arrêté au 3/4 pour faire l’école et l’encourager puis nous avons filé au sommet. Trop chou les enfants ont couru avec à la fin (et moi j’ai marqué des points car Tom était déçu la dernière fois... Nous étions sur la plage au moment de son arrivée de Lille-Hardelot).

Finisher 

Sur la montée il a rattrapé Edy un grand voyageur avec qui nous avons discuté longuement au sommet, c’est drôle nous avons le sentiment de rencontrer beaucoup plus de voyageur qu’avant où tout simplement c’est nous qui nous sommes beaucoup plus ouverts aux autres. Le brouillard étant toujours bien présent, la route vraiment pas dingue. Vraiment déçu que le soleil ne se soit pas levé donc nous sommes retournés à notre spot dans la montée pour retenter notre chance le lendemain 🤞.

Brouillard brouillard... 

Comme la veille au coucher du soleil les nuages sont redescendus, qu’est ce que j’aime les lumières et la mer de nuage en montagne 💙

Trop beau à 10mn d'intervalle

J17- Youhou nous sommes récompensés un superbe ciel bleu à notre réveil qui donne la patate.

Vue depuis notre spot bergerie dans la montée du Col Tourmalet 

Nouveau stop au Col du Tourmalet mais cette fois-ci Thomas a pu voir les lacets qu’il a monté la veille dans la purée pois.

Nous avons grimpé jusqu’au sommet du télésiège pour voir le Pic du midi de plus près, à noter qu’il était fermé jusqu’au 4 juillet au moins cela nous a évité la question d’y aller ou pas.

Balade jusqu'au sommet du télésiège depuis le col du Tourmalet 

J’avais lu qu’on pouvait voir des lamas au Col du Tourmalet mais nous ne les avons pas vu. J’aurais aimé donné un petit goût du Pérou aux enfants (pays où nous devrions être en ce moment si le Covid n’existait pas mais avec des si...). Nous nous sommes arrêtés pour pique-niquer au lac Payolle, un stop bien agréable en plus possibilité de vidanger gratuitement. Tess a fait le tour du lac à poney pendant que Gabin a pêché 9 petites perches.

Lac Payolle 

Nous avons mis cap sur le massif de la Neouvielle, un petit stop au Col d'Aspin.

Col d'Aspin 
6

J17- Nous avons traversé de jolis villages notamment Saint-Lary, trop mignon, avec des belles maisons en pierre et un centre bien dynamique avec plein de petits commerces. Notre spot du soir était au bord de la route pour aller aux lacs mais pas de circulation donc nous n’étions pas embêtés. Autrement c’était sympa entre forêt et cours d’eau, marmottes et une petite cueillette de myrtilles et fraises des bois pour régaler les papilles au dîner.

Spot du soir 

J18- Nous sommes montés jusqu’au parking du lac d’Orédon qui est payant par horodateur en fonction de la durée. Si vous voulez aller vous garer au lac d’Aubert il faut y monter avant 9h après c’est en Navette. Au bord du lac les randonneurs étaient entrain de ranger leur tente car après 9h et jusqu’à 19h interdiction de faire un bivouac. Le lac était très beau avec le reflet de la montagne enneigée.

Lac d'Orédon 

Après avoir flâné un petit peu, c’était parti pour la première étape de la randonnée pour rejoindre les Lacquettes, le sentier est très beau sous les bois avec les ruisseaux, il faut grimper des petits rochers ce qui rend la balade assez ludique. Les panneaux indiquent 40mn mais avec les pauses pour jouer dans les ruisseaux nous avons mis 50mn env.

Sentier pour rejoindre les Lacquettes 

Ensuite nous avons longé les Lacquettes, il faut passer 2/3 passages de rochers mais cela reste vraiment accessible.

Les Lacquettes 

Puis petite grimpette et nous voilà en 35mn au lac d’Aubert d'où nous pouvons voir le Pic de Néouvielle à 3091m d'altitude.

Lac D'Aubert - Pic de Néouvielle

Et 15mn plus tard au lac d’Aumar, le plus beau pour nous, les couleurs sont superbes, des turquoises au vert au bleu profond et à notre arrivée des brebis, un joli agneau trop mignon et un superbe chien des Pyrénées pour les garder.

Lac d'Aumar notre préféré 

Le coin adopté, nous nous sommes posés pour pique-niquer, jouer dans le ruisseau et mouiller les jambes : l’eau était fraîche mais supportable !

Et vu que nous préférons les boucles nous avons pris la direction du col d'Estaudou en passant par la source de l'Ermite pour rejoindre le parking du lac d’Orédon. Le sentier est plus difficile qu'en revenant sur ses pas. La resdescente est un peu raide, genou sensible s'abstenir. Pas de regret d’avoir fait la boucle plutôt que de revenir sur nos pas. En résumé, une boucle d'env 9 km pour voir les 4 plus grands lacs sur les 70 du massif.

De Aumar à Estaudou 

Courte pause au lac avant de repartir car les nuages étaient montés très vite.

Quand les nuages arrivent 

Nous nous sommes arrêtés pour la nuit dans le camping municipal d’Arreau pour nous permettre de faire les lessives tranquillement.

7

J19- Le lendemain, école, petite visite d'Arreau avec son marché et les spécialités (découverte gâteau à la broche et de la tourte aux Myrtilles) un joli petit village qui mérite un petit arrêt même sous la pluie...

Arreau 

Nous avons pris la direction du parc de la préhistoire de Labastide avec la grotte blanche et la grotte de la perte avec la Neste qui passe. C’est Norbert Casteret grand spéologue français qui les a découvertes. Gabin a été très intéressé par la visite, il a appris que nous sommes des Homo sapiens et que pour chasser ils fabriquaient leur armes avec les bois de rennes. Et oui les Rennes n’ont pas vécu qu’en Laponie, il y a 15000ans, ils faisaient très froid dans cette région. Les hommes préhistoriques qui vivaient en Arriège étaient des Magdaléniens, à noter qu’ils ne vivaient pas dans les grottes. Après un peu d'histoire, le guide nous a montré comment faire du feu, nous avons appris que le Silex ne se déséguise pas et que les silex ne suffisent pas à allumer un feu, il faut aussi une pierre comme la Marcasite qui contient du souffre et du fer. Avec le covid beaucoup des animations n'étaient pas ouvertes. Nous avons pu faire le lancé avec des saguets et un propulseur, il y a des concours qui existent ça peut aller jusqu’à 90km/h.

Parc  de la préhistoire à Labastide 

Ensuite nous sommes allés au Gouffre d’Esparros également exploré par Norbert Casteret. Pour atteindre le gouffre il y a 120m, les spéologues mettent encore environ 5h pour le descendre. Savez-vous la différence entre un gouffre et une grotte ? C’est l’accès, l’entrée naturelle d’un gouffre est par le haut, la légende dit que celui-ci a été découvert car une brebis est tombée dedans. Gabin était en mode explorateur et le guide a vraiment était top avec lui. Nous ne pouvions pas prendre de photo pour la préservation du site c’est le gouffre le plus suivi au monde pour voir l’évolution. Le nb de personne par jour et par groupe est limitée pour ne pas trop influencer la température... Nous avons découvert l’Aragonite, cela fait comme des cristaux, flocons de givre qui se rassemblent.

Nous avons ensuite filé direction Foix à la ferme de Christelle Soulé. Et oui ça faisait longtemps que nous n’avions pas fait un stop France Passion. Avant de se coucher nous avons profité de la 4G pour regarder les points d’interêts que nous avions noté à faire dans l’Ariege, petite douche froide tout était fermé.

J20- Nous avons partagé le café avec Christelle, elle gère sa ferme seule soit un élevage de 40 bêtes pour faire des veaux de lait. Elle est passionnée, ultra dynamique, pendant le confinement elle a lancé un drive avec des producteurs et maraîchers. Ils ont même dû fermer le site au démarrage tellement elle ne s’attendait pas à ce succès. Ils ont eu jusqu’à 250 commandes, mais depuis la fin du confinement les clients se font plus rares (25 à 50 commandes)... Au final cela n’a pas permis de changer les habitudes. Vraiment dommage! Nous avons également ressenti que l'ours est un réel fléau pour les éleveurs, Christelle n'est pas concernée mais elle est en contact avec des éléveurs de brebis, et il y a 2 jours, il y a eu une attaque et des brebis étaient coincées sur une falaise. Les options: une alpiniste avec hélico pour tenter de les sauver (sans compter le coup financier) ou les abattre (sachant qu'il y a déjà eu de la perte), bref de vrai dilemme.

Nous sommes allés faire un petit tour à Foix même si le château était fermé et par chance c’était jour de marché. Nous avons découvert une ville avec une population assez roots et écolo. Après aucune vérification mais un sentiment vs l’atmosphère qui y régnait.

Foix 

Je vous liste les activités que nous avions repéré mais pas faites car fermées : La rivière souterraine de Labouiche, Château de Foix, La maison des loups à Orlu et La grotte du mas d’Azil.

8

J20- Après la visite de Foix, direction le village de Merens les Vals et ses sources d'eau chaudes : décision de dernière minute. Bon, panneau d’interdiction pour les CC, van, fourgon nous nous sommes garés avant le pont sur la droite. Mais au final nous avons vu des vans dans le village mais attention il y a plein de parking avec une limite de hauteur de 2.1m. Nous sommes donc allés à pieds aux sources d’eau chaude, il faut suivre le chemin du GR10, passer devant une veille église Romane trop belle pour moi mais pas pour Gabin car elle est cassée.

Couleur ou Noir&Blanc mon coeur balance 

Vous passerez devant des fontaines, des veilles maison en pierre, un charme fou.

Ensuite le sentier grimpe entouré de pierre jusqu’à l’arrivée aux sources. Dommage nous n'étions pas seuls, et les 3 bains étaient pris.

L'apparence blanche était très étrange 

L’odeur du souffre était omniprésente, et les bains étaient vraiment chaud env 37 degrés je pense.

L’ambiance était très détendue, zen malgré nos deux loulous qui jouaient. Pour l’anecdote, il y avait même un couple d’italien sympathique mais tout nu, il y a des signes exotériques bref il doit y avoir des soirées dans le coin. Tess a joué à la charmeuse et je pense qu’elle serait ravie de barboter encore. Autant nous avons eu du mal à la motiver à grimper autant c’était dur de repartir. En tout cas ce soir c’est sure nous ferons tous une toilette de chat dans le van car nous sentions l’œuf pourri.

Il était temps d’aller rejoindre notre spot du soir, le parking au départ de la randonnée direction l’Etang de Comte. Le chemin forestier pour y accéder était carrossable mais pas mal d’ornières, nous vous le déconseillons en cas de pluie. Et heureusement que mon cousin que nous rejoindrons le lendemain aux étangs a confirmé que nous pouvions monter sinon je ne sais pas si nous aurions tenté. Bref tout s’est bien passé 😅. Au sommet nous avons retrouvé un couple avec un bébé avec qui nous avions rapidement papoté aux sources. Et là, nous avons longuement parlé, ils ont fait deux voyages au long cours à vélo : un an de Lille à Bangkok et deux ans plus tard un an de l’Amérique du Sud au Canada chapeau.

J21- Réveil tranquille, préparation des sacs à dos car nous avons la chance d’aller dormir dans une cabane de berger. Grego mon cousin est en formation Berger donc nous en avons profité pour aller lui faire un petit coucou et découvrir son futur métier. Nous découvrons de plus en plus l’esprit randonnée, tous les ans nous allons en montagne et nous marchons. Mais nous n’avons jamais bivouaqué et cela nous fait vraiment envie. Nous avons parlé avec un couple d’env 55/60ans qui dormait dans un Kangoo aménagé et qui étaient super équipés, ils partaient pour deux jours. Nous avions rdv avec Grego à l’étang de Comte pour y accéder nous avons emprunté le chemin du GR10, et avec les pauses (ruisseau, étang, chevaux) nous avons mis 1h30 pour 330m de dénivelé. Tess grimpe de mieux en mieux même si elle râle de temps en temps. En tout cas la balade était très agréable, la preuve en image :

En image jusqu'à l'étang de Comte 

Grego nous a rejoint pour pique-niquer, les kids se sont éclatés en attrapant les têtards. Puis nous sommes montés à la cabane mais nous nous sommes vite arrêtés pour cueillir des myrtilles : à nous les beignets😊

Myrtille addict 

Grego nous a montré plein plantes que nous pouvions manger, il a eu 2 jours de cours avec un botaniste qui organise des stages de survies : la nature est vraiment riche! La cabane était super grande, il y avait même une douche et un petit étage pour dormir. Heureusement les toilettes c’était en mode nature sinon nous aurions eu l'impression d'être à la maison! Un petit étang en contrebas bref que du bonheur pour la fin de journée : baignade cul nul pour les loulous (pas de photo sinon ils risquent de m'en vouloir dans quelques années). Tom et Grego sont montés au sommet pour voir où étaient les brebis. Thomas a pu "jumeler" avec Grego qui lui disait où repérer les brebis: apparement pas facile de ne pas les confondre avec des pierres!

Petit coin de paradis 

Fabien le maître de stage de Grego est arrivé avec sa petite famille vers 20h30. Au programme apéro, bbq, Vosgiflette, beignets de myrtilles et chamallow grillés et beaucoup de bonne humeur. Nous avons couché les loulous à 23h30, oups...

Super soirée 

J22 - Réveil matinal, 5h de sommeil pour les loulous et 4h pou nous: ça pique mais c’est le juste prix à payer pour vie ma vie de Berger! L’objectif aller donner la virée, c’est à dire donner le cap au brebis pour la journée. Déjà il faut les retrouver et les regrouper mais avant une bonne petite marche avec un décor de rêve, le lever du soleil, la montagne, les couleurs qui changent... Et nos enfants qui nous disent que c’est beau et ça ça vaut vraiment le coup!

Tellement plus beau en vrai 

Nous avons rassemblé les deux troupeaux qui représentent env 1200brebis, au même endroit il y avait une quinzaine de chevaux noirs des Merens qui appartiennent à 3 éleveurs. Nous avons donné du sel aux brebis, c’est comme une friandise pour elles, elles étaient complètement fada. Heureusement, Grego nous avait prévenu qu’il fallait toujours marcher et ne pas s’arrêter pour aller mettre du sel sur les pierres plates. C’est hyper impressionnant quand on ne connaît pas, elles te poussent il faut vraiment être bien en appui sur ses jambes. Tess était sur les épaules de Tom (en même temps c’était le cas depuis le réveil et heureusement!). Gabin avec moi mais il est tombé une fois, il essayait de me suivre mais 2/3 fois nous avons été séparé tellement les brebis s’imposaient. J’espère que Tom pourra vous montrer en vidéo c’était dingue ! (par contre, j'espère qu'il n'a pas ma chute glissade sur le caca de brebis!)

Rassemblement et sel sous les yeux de Sixcou, notre super chien de Berger 

Nous sommes allés voir les chevaux pendant que les brebis se régalaient.

Les Mérens 

Ensuite Fabien, Suzon et Sixcou ont formé une équipe et nous l’autre pour les orienter.

La virée 

Le métier de berger est assez technique il y a beaucoup de phases d’observation pour savoir quoi faire, lancer le chien, ou non, les pousser mais pas trop et surtout sans les effrayer... Nous avons été hyper impressionnés par Sixcou, un super chien, le métier de berger n'est pas si solitaire que ça il forme une vrai équipe avec son chien. Il est capable de retrouver des brebis bien cachées dans les hautes herbes, et s'il passe à côté Fabien lui dit "Regarde", et il recherche pour les rassembler, nous avons été bluffé. Et Tess est réconciliée avec les chiens grâce à Sixcou qu'elle ne voulait plus quitter. Heureusement qu'il y a les phases d'observation car nous étions bien claqués sauf Gabin qui s’est amusé comme un fou avec Suzon.

Observer pour anticiper les actions des brebis 

Après avoir emmené les brebis en bas,

il fallait remonter et nous sommes passés par les Pierriers: une sorte d’avalanche/éboulement de gros cailloux. Ça rend la marche ou plutôt l’escalade plus ludique pour les enfants et bien plus facile que dans les herbes.

Les Pierriers 

Retour à la cabane vers 11h15, nous avons adoré notre stage découverte du métier de Berger.

La cabane en contrebas 

Gabin posé 15000 questions à Grego il est toujours très intéressé de découvrir les métiers manuels ou en contact avec la nature. Les enfants ont joué près de l’étang puis encore un bon repas et un moment de partage avant de redescendre tranquillement au parking. Grego nous a raccompagné pour faire durer les retrouvailles.

Bye Bye Mérens 

Nous avons repris la route mais nous étions tous très fatigués donc nous nous sommes arrêtés à côté d’une rivière à proximité de la route pour Font Romeu une assiette de pâte et au dodo pour clôturer les 2 journées de rêve que nous avons tous adorées. Et nous nous sommes retrouvés à payer un tunnel 14,5€ nous n’avons vu aucun panneau l’indiquant, nous suivions la direction de Perpignan.